Sous contrôles

Les premiers kilomètres sont avalés sans trop de problème. L’intensité et la fréquence des séances vont crescendo. Muscles, tendons, articulations sont sollicités, mon corps en dehors d’un passage dans les Troupes de Marine (24ème RIMA) avec un séjour de 11 mois en Guyane n’a jamais vraiment eu l’occasion de s’exprimer pleinement. Même adolescent, on ne pas dire que je fréquentais de manière assidue les salles de sports, les stades ou encore les piscines; au moins mon capital musculaire et articulaire n’est pas entamé.
Les premières petites inflammations et douleurs font leurs apparitions, il va falloir faire quelque chose. Le carnet d’adresse du coach Alex va être sollicité: ostéo, préparateur physique, cardiologue, posturologue, K Taper, kiné, masseurs. Et oui, quand vous faites du sport à haute dose il vous faut un bon nombre de spécialistes dans votre répertoire.

pics01

J’aurais l’occasion de revenir en détail sur ces différents « corps de métier ». Mon 1er contact avec un ostéopathe est surprenant, presque irréel. Olivier M. dans un premier temps me regarde, m’observe sous tous les angles tout en me questionnant sur ce que je suis en train de faire, puis il palpe, touche, tourne mon corps dans tous les sens. Et contre toute attente il me dresse la cartographie des petits incidents de parcours que j’ai pu avoir dans ma vie, tout simplement étrange et irréel à la fois. De vieilles endorses, une déchirure musculaire, une opération des croisés ont laissé quelques traces, alors un peu à l’image d’un carrossier Olivier me fait un passage au marbre. « Il faudra songer à faire un bilan postural et ou voir un podologue, vous avez une jambe plus courte que l’autre », le verdict est tombé! On ira donc voir aussi ces gens là.

Les distances s’allongent et les souffrances aussi. Le coach Alex sent peut être un potentiel ou tout du moins une volonté farouche de continuer plus loin dans la découverte du Trail Running. Il perçoit certainement en moi cette petite voix qui me dit de pousser encore un peu plus loin les curseurs en matière de distance et de durée.

pg_test_effort_2121Le mental est là mais qu’en dit le moteur sous le capot.On ne peut plus rester dans les calculs théoriques de FCM du type 220 moins son âge. Pour obtenir des résultats et surtout s’assurer que je peux courir plusieurs heures de suite, il faut passer par un test d’effort. PMA, VMA, VO2, FC…au début des acronymes qui ne veulent rien dire, mais après quelques explications on devient un peu plus familier avec tout ce jargon. Tout çà pour parfaitement déterminer ses plages de seuil et d’endurance et mettre sur son coeur un nombre de pulsations/minute. Je dois quand même avouer que je ne suis pas un (encore) un grand spécialiste de la chose, je me repose allègrement sur l’expertise du coach et du préparateur physique.

C’est décidé désormais, tous les ans je ferais un bilan postural et un test d’effort, pas question de risquer quoi que ce soit. Toutes mes décisions pour des courses un peu longues et engagées se feront avec les avis et recommandations du corps médical.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s