UT4M? Question de matos…(suite 3)

HYDRATATION & PORTAGE

Dans un trail et surtout sur un ultra le choix du sac est primordial. Vous le gardez plusieurs heures sur le dos, le moindre petit défaut prendra alors des proportions démesurées voir à la limite du supportable.

Là encore j’ai, comme beaucoup, acheté un produit de chez Salomon. Quelle déception, je trouve que le produit vieillit assez mal. Les élastiques perdent de leur nervosité en seulement quelques mois d’utilisation. Les matériaux utilisés sont peut être très léger, mais ils résistent assez mal aux frictions en tout genre, sans compter les fermetures à glissières métalliques qui s’oxydent et qui deviennent inopérantes. Pour moi un mauvais rapport qualité prix, j’aurais quand même acheté un Agile 12 et 2 S-LAB ADV.

Dans ma recherche d’un sac d’un capacité de 10 litres offrant la possibilité t’intègrer des biberons souples sur l’avant et une poche à eau dans le dos, je me suis naturellement tournée vers la marque dont les chaussures me conviennent parfaitement: Inov-8. J’ai donc fait l’acquisition il y a un an et demi du sac Race Ultra 10.

Je l’ai testé sur pas mal de distance ainsi que sur ma 1er tentative d’Ultra sur l’UTCAM, je connaissait donc ses points forts et ses points faible avant de m’engager sur l’UT4M. Je savais que je devrais apporter quelques modifications au produit de base afin d’en faire le produit idéal et en parfaite adéquation avec mes besoins.

Les points forts:

  • les fourreaux à gels et à barres sur le devant (4)
  • les deux grands fourre tout latéraux avec un lacet élastique réglable en longueur pour ne rien perdre. Perso j’y glisse GoPro, téléphone, frontale et veste coupe vent très légère et quelques gels.
  • 2 poches avec fermeture à glissière pour mettre les deux biberons mais qui peuvent recevoir tout autre pièces d’équipements (petite trousse secours, téléphone, clé..) si vous n’utilisez pas les biberons.
  • une grand volume de 10l qui peut recevoir tout le matériel imposé sur des ultra. Un élastique qui passe en zig zag dont la longueur est réglable permet de parfaitement immobiliser tout le matériel embarqué. Un seul petit regret, il manque une petite poche de rangement pour isoler quelques équipements.

Les points faibles:

  • La sangle pectoral est trop courte, surtout lorsque le sac est bien plein.
  • Les biberons comprime trop la cage thoracique lorsque le compartiment arrière est plein (ceci est lié à la sangle pectoral trop courte).
  • Le sac est trop étanche, est-ce un point faible?  C’est un point positif lorsqu’il pleut mais il est tellement étanche que de la condensation se forme à l’intérieur, ce qui oblige à mettre mes affaires dans des sacs de type ziploc si on ne veux pas les retrouver mouillées.

IMG_4655Pour corriger le problème de sangle pectorale trop courte, j’ai récupéré sur un vieux gilet de plongée une sangle de poitrine montée sur élastique que j’ai ajouter à la sangle d’origine.  Un peu de couture et de la colle néoprène ont été nécessaire pour faire ce montage.
Il fallait trouver une solution pour les biberons sur l’avant du sac. J’ai retourné le truc dans tous les sens. RIEN. Il me faudra délocaliser la position des biberons.

La seule solution est d’utiliser une ceinture porte bidon, le Race Ultra 1. Cette ceinture est incroyablement stable sur les hanches. Les bidons ne bougent absolument pas. J’ai porté cette ceinture pendant plus de 19h, aucune gêne et aucun point de douleur. Elle ne bouge absolument pas. Tant pis pour les tétines à porté de bouche. Il faudra sortir les bidons pour prendre les boissons à la caféine et aux électrolytes. D’ailleurs M’sieur Inov-8 tu pourrais pas les faire un peu plus lisse les bidons pour les fair entrer plus facilement dans leurs fourreaux respectifs? La grande poche arrière me sert de « poubelle » pour mes déchets (tube de gel et emballage de barre). Elle est suffisamment profonde pour ne pas perdre ses emballages.

IMG_4654Le hic avec la ceinture, c’est que je ne peux plus utiliser mon porte dossard. Il faut trouver une solution. Je récupère dans un coin de placard un vieux porte dossard que je démonte afin de l’intégrer sur mon sac. Il trouvera logiquement sa place sur la sangle basse du RaceUltra 10. Là encore un peu de couture et de colle néoprène. Compte tenu de mon gabarit cette sangle est toujours réglée au plus long et elle correspond pile à la longueur du porte dossard qui retrouve une deuxième vie.

IMG_4653Reste à trouver une solution pour les bâtons 3 brins. Un peu d’élastique et des stoppeurs à cordon feront l’affaire. Il y a deux passants dans le bas du sac qui n’attendent que çà!
Il faudrait qu’Inov-8 les espace un peu pour gagner en stabilité. Il faudra que je trouve un élastique un peu plus gros, j’ai été obligé de régulièrement régler la tension avec les stoppeurs qui avaient tendance à glisser.

Avec ces quelques petites modifications le sac RaceUltra 10 et la ceinture RaceUltra 1, j’étais paré. Un ensemble parfaitement cohérent et très stable. Aucune douleur au niveau des hanches, des épaules. Aucune friction sous les aisselles, un must de confort et d’ergonomie. Les deux produits sont très complémentaires et se marient à merveille.

Avec la poche à eaux dorsale de 1.5 litres et tout le matériel le sac affichait un 3kg900 sur la balance. Pour ce type de poids la largeur des sangles d’épaule est suffisante pour bien répartir le poids sur le haut des épaules, aucune pression excessive. A l’arrivée aucune marque disgracieuse, aucune zone de friction, aucun point de douleur ne sont à déplorer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s