Bilan après 550 km

Fin Février je vous présentais la Trail Talon 275 de chez Inov-8. Après 3 mois d’utilisation, les Trail Talon 275 se seront occupées de mes pieds sur 576 km et 20 000dm+. Elles auront pris soin de mes petons sur de la route, de la DFCI, du chemin en forêt, des pierriers, des singles plus ou moins technique et ce par tous les temps. Elles ont fait connaissance avec le chaud, le froid, la pluie, la neige, la glace, la terre, la boue, les feuilles, les rochers… bref rien ne leur a été épargné.

img_5275

IMG_5888.jpg

Compteur : 576 km

Je vous propose une petite visite guidé de la chaussure pour regarder comment elles vieillissent. Pour info, les chaussures ne sont jamais passé en machine. Elles sont juste lavées au jet d’eau avec un coup de brosse et un peu de lessive.

L’extérieur
A première vue les chaussures vieillissent bien. Elles ne s’affaissent pas et reste bien en forme et ne présente pas de déformation majeure. Le talon est encore bien perpendiculaire avec la semelle et rien ne sait affaissé ou déformé de façon critique donc pas de risque de trauma sur les articulations.
Si on se rapproche un peu, on constate que le retour de semelle qui fait office de parre pierre se décolle légèrement. Le support sur lequel il est collé est très souple, c’est du grand confort pour les orteils, mais le revers de la médaille c’est que les déformations sont importantes et le parre pierre ne peut se déformer autant. Ces déchirements ne sont pas dû au fait que l’on traîne les pieds, c’est plus les tensions dans les matériaux lors des descentes qui sont différentes qui engendre ce genre de phénomène.

IMG_5880

La première fois que j’ai vu l’Adapterfi™t, cette espèce d’exosquelette en polymère translucide, j’avais quelques réserves. La peur que quelques chose passe entre lui et la tige de la chaussure et ne me bloque dans ma lancée. Il n’est en rien. Il résiste bien et ne présente aucune « blessure » particulière. Le seul petit hic vient d’une des couture sur l’avant. L’exosquelette commence à se découdre et donc à se désolidariser de la chaussure, rien de bien critique pour le moment. J’ai du couper le fil dans un pierrier…

IMG_5882

Enfin pour finir ce petit tour d’horizon, le mesh semble résistant, seul un petit accro est visible, là encore par rapport à ce que l’on peut voir sur d’autres marques rien de bien méchant. Une mauvaise ronce aura raison du mesh.

IMG_5881

Les trois couleurs cyan, bleu foncé et gris qui indiquent des duretés différentes ne présentent aucun problème de délamitation comme j’ai pu le connaitre sur les Trabucco de chez ASICS.  Le concept Tri C™ résiste parfaitement et aucune amorce de coupure, déchirement ou délimitation au niveau du Meta Flex™.

IMG_5890

La languette et le laçage
A l’usage, j’ai trouvé la languette un peu courte, elle gagnerait a monter un peu plus haut sur la coup de pied afin de mieux le protéger. Par contre les deux soufflets qui empêchent les débris de pénétrer dans la chaussure sont vraiment efficaces. Je n’ai jamais rien qui soit entré dans les chaussures.

Sur les première génération d’Inov-8 les lacets étaient vraiment long mais là pour le coup il manque quelques centimètre, surtout si comme moi vous utilisez le petit trou supplémentaire pour faire une clé de talon (comment faire une clé de talon).

Les petits renforts pour éviter l’effilochage du trou du lacet dans le mesh ont très vite disparu. Pas sûr qu’ils servent à grand chose, en dehors de rehausser la qualité de finition.

L’intérieur
Pas grand chose à dire, seul le tissu du doublage du talon c’est un peu détendu; le contrefort est a peine renforcé, il est très souple ce qui apporte un super maintien et protection du talon. Je pense que le tissu du doublage à quelques difficultés à suivre. Je vous rassure cela ne produit aucune forme d’inconfort.

IMG_5886

Voilà pour ce petit état des lieux après un peu plus de 550 km.

Les sensations
Durant ce trimestre çà été un plaisir à chaque fois de chausser mes Trail Talon 275. Elles sont souples et confortables. Je ne les ai pas souvent prise en défaut. Le plus long run avec était de 10 heures. Que du bonheur rien à déplorer. Les Trail Talon sont de véritable chausson, je pense même qu’avec quelques kilo de moins ce confort doit encore augmenter. La taille du top box est généreuse, les orteils ont de la place, même si vos pieds gonflent ils ne seront jamais comprimés dans la chaussure, une chambre pour pied quatre étoiles!

Le laçage grâce à l’exosquelette est d’une très grande précision, les lacets ne glissent pas. Je n’ai jamais eu à reprendre la tension lors d’un run. Quelque soit la forme du pied, il sera parfaitement maintenu. Vous pouvez placez le tension où vous le souhaitez. Je pense qu’il est très difficile d’avoir des ampoules avec ces chaussures. Le seul revers de la médaille le temps nécessaire pour lacer ses chaussures…

Que l’on s’amuse sur du sec, du gras voir de la boue la Trail Talon 275 accroche fort, pas autant qu’une TerraClaw mais ses performances de grip sont très qu’honorable. La semelle est muni de crampons triangulaire multi directionnels qui travaillent à merveille, rien à voir avec les chevrons de la Race Ultra 290 qui allaient tous dans le même sens et offraient un grip un peu aléatoire en descente. Le trip des Trail Talon 275 est pour moi l’atout majeur de ce modèle.

La semelle est suffisamment souple pour sentir le terrain sous les pieds. On perçoit bien le relief sans pour autant ce que cela devienne gênant sur des séances longues. Le travail de proprioception n’est jamais perturbé. La faible hauteur de semelle permet de facilement récupérer la chaussure sur un mauvais appui. Seul des cailloux sous d’épais tapis de feuilles morte m’auront surpris. Cette souplesse n’est en rien gâchée par le dynamisme de la semelle.
La Trail Talon 275 offre vitesse (même si c’est pas mon fort) et amorti. La semelle intermédiaire Powerflow tient bien son rôle de protection et de retour d’énergie.

Depuis 2 ans, je diminue le drop. Sur la Trail Talon il est de 8 et me convient parfaitement bien pour les longues distances. J’ai encore du mal avec des drop 4 comme sur la Trail Talon 250 que je n’utilise que pour des distances courte de moins de 30 km. Le temps pour moi de finir de renforcer mes muscles…

La conclusion
La Trail Talon 275 aura gommé les petits défaut de la RaceUltra. Elle est vraiment destiné à ceux qui courent longtemps et sur tout type de chemin. Attention le goudron est un truc qu’elle n’apprécie pas, l’usure du cramponnage s’accélère sur la route. Elle n’a rien d’une « bitumeuse ». Elle est conçu avec un pur esprit trail.
Le fan de la Race Ultra que j’était est vraiment heureux de courir désormais en Trail Talon pas de point vraiment négatif. Enfin le taillant est le même; j’ai conservé mon 43!

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Bilan après 550 km »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s